Burnout : le syndrome d’épuisement au travail

Homme en plein burnout

Accélération des modes de vie, augmentation de la pression et du stress au travail et autres causes multiples sont à l’origine d’un mal qui est loin d’être nouveau mais qui prend une ampleur alarmante : le burnout. Pour ceux qui en sont victime, motivation et énergie viennent à manquer, jusqu’à rendre la personne tout simplement inefficace. Comment reconnaître les symptômes et comment éviter d’en souffrir ? C’est ce que nous allons voir ici.

 

Le burnout, qu’est-ce que c’est ?

Burnout est la dénomination généralement employée pour évoquer ce que l’on qualifiera aussi de syndrome d’épuisement au travail. Le nom provient du psychologue américain Herbert Freudenberger qui fut l’un des tous premiers à identifier le processus, sans toutefois l’associer précisément au monde du travail. Dans son travail, l’expression burnout désigne l’action de la bougie de consommer toute l’énergie à sa disposition pour briller de mille feux avant de n’offrir qu’une flamme réduite et inutile.

Car c’est ce phénomène qui intervient généralement pour les personnes atteintes de ce syndrome : alors qu’elles se démènent pour prouver leur efficacité, elles ne parviennent pas toujours à obtenir la reconnaissance souhaitée. Alors elles vont chercher à briller plus encore, consommant plus de ressources pour se faire remarquer. À force de répéter ce processus, corps et esprit atteignent leurs limites jusqu’à épuisement : c’est le burnout.

Après des années de déni, l’individu devient tout simplement inopérant, à l’inverse même des souhaits qui l’ont mené à cette situation. On reconnait généralement des symptômes qui marquent cette épreuve : démotivation, irritabilité, frustration, isolement ou encore baisse de la confiance en soi et difficultés de concentration. Dans les cas les plus graves, l’individu en situation de burnout pourra entrer en dépression (dont la différence est que les facteurs ne sont pas simplement liés à la situation d’échec au travail) et avoir des pensées suicidaires.

 

Origines et axes de travail contre le burnout

Par définition, le syndrome d’épuisement au travail est un trouble dont les origines peuvent s’avérer multiples et complexes, mais généralement liées au travail. Attention, ce sentiment d’échec n’est pas uniquement lié à la situation professionnelle et de nombreux facteurs (situation personnelle ou familiale) peuvent encore influer gravement sur la gestion de la crise par l’individu.

En ce qui concerne les origines liées au travail, on estime bien souvent la cause organisationnelle comme étant la principale source de stress : la surcharge de travail, l’augmentation des responsabilités, la baisse des délais, les impératifs divers ou la nature du travail peuvent être à l’origine des maux. À cela s’ajoutent un management qui tend à oublier l’intérêt humain ou le simple risque professionnel (peur de perdre son emploi).

Les relations entre les individus sont aussi au cœur des problèmes : entre la présence de profils toxiques, de tyrans et les situations d’injustice, il n’est pas rare de voir des individus entrer en situation de burnout quand bien même leur emploi du temps reste équilibré. Enfin, il n’est pas rare que l’individu se soumette de lui-même à une pression dangereuse qui épuisera peu à peu toutes ses ressources.

Si vous êtes dans une telle situation ou que l’un de vos employés semble atteindre le point de rupture, il ne faut pas attendre : mieux vaut prendre le taureau par les cornes en agissant avant que le mal ne soit fait. Si vous êtes vous-même dans une telle situation, le fait d’en prendre la mesure sera déjà un bon début : vous pourrez alors éviter la situation de déni qui est souvent à l’origine du cercle vicieux en question. N’hésitez pas à prendre un peu de recul vis-à-vis de votre situation : cette tâche est-elle si importante ? Nécessite-elle que je mette ma santé en danger ? Ne puis-je pas aborder le problème sous un autre angle ? Mieux encore, parlez-en avec vos supérieurs, vos collègues ou vos proches : vous permettrez aux autres d’identifier votre problème et peut-être d’y apporter une solution.

Si vous constatez que l’un de vos employés approche du burnout, vous pouvez également agir en faisant preuve de diplomatie : se masquant lui-même les soucis, il ne comprendra pas que vous réduisiez sa charge de travail et pensera que vous le mettez au placard, ce qui le poussera plus vite encore dans une situation peu enviable. Là encore, le dialogue est primordial pour que vous puissiez identifier le mal tout en permettant à l’individu d’exprimer ses problèmes. Si vous êtes en mesure d’agir, faites-le au plus vite car un employé bien encadré sera bien plus efficace et productif qu’un employé en burnout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.