Diabeloop : vers l’utilisation d’un pancréas artificiel chez les malades du diabète !

Les malades du diabète semblent voir le bout du tunnel avec l’innovation que vient d’annoncer les dirigeants du projet Diabeloop. Actuellement en cours d’essais cliniques, ce dispositif ambitionne pour l’utilisation d’un pancréas artificiel parfaitement autonome chez les diabétiques type 1. Un tour sur les tenants et les aboutissants de ce projet.

Les grandes lignes du projet Diabeloop

C’est dans les années 1970, après le constat par les chercheurs de la difficulté rencontré par les diabétiques de type 1 que le projet Diabeloop est né. En effet, ces malades se heurtent souvent au problème d’hypo ou d’hyperglycémie. Diabeloop a pour but principal de mettre au service de ces diabétiques un pancréas artificiel autonome qui serait capable de remplacer la production défaillante d’insuline dans le sang. Ce sera en quelque sorte un pancréas de substitution. À noter que le système en question se base sur un dispositif électronique et est commandé via un téléphone portable.

 

 

Où en sont les recherches ?

À l’heure actuelle, les recherches sur ce pancréas artificiel en sont encore au stade clinique, mais selon les dirigeants, il pourrait avoir l’agrément européen en 2017 ou 2018. . En attendant, sachez qu’en 2011, au CHU de Montpellier, un test humain a déjà été pratiqué sur un diabétique insulinodépendant. Les résultats étaient satisfaisants puisque le taux de glycémie du patient a pu être maintenu à la normale durant l’utilisation du dispositif artificiel. Par la même occasion, le malade a eu une plus grande liberté dans ses mouvements en n’ayant nul besoin de se piquer à l’insuline.

Diabeloop dans la pratique

Concrètement, le dispositif pancréas artificiel se compose d’un appareil collé sur le ventre du patient et mesurant continuellement le taux de glucose dans son sang. Il sera ensuite connecté à un Smartphone via Bluetooth. Un système à base d’algorithme va déterminer les doses d’insulines selon la physiologie et l’historique du patient. En même temps, le Smartphone se charge de commander la pompe à insuline pour transmettre les informations à un service de télémédecine. Le dispositif est assez complexe, mais les essais déjà faits promettent des résultats satisfaisants.

 

 

Posté dans:
Articles par
Publié:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.