La chirurgie contre la chute des cheveux

Cheveux avant et après opération chirurgicale

C’est un mal qui touche une grande partie des mâles : la chute des cheveux est un phénomène naturel qui se manifeste chez 70 % des hommes et il n’existe aucun remède. Aucun ? En fait si. La chirurgie peut être une solution efficace pour peu qu’elle soit faite sérieusement et selon la bonne méthodologie. Explications.

 

La technique du FUT

Si vous décidez de passer par la chirurgie pour lutter contre l’alopécie (l’accélération de la perte de cheveux, plus d’informations ici), il vous faut savoir que deux solutions s’offrent à vous. Ces deux solutions se nomment FUT (follicular units transplant, ou transplantation d’unités folliculaires en français) et FUE (follicular units extraction ou extraction d’unités folliculaires). Voyons voir ce qui se cache derrière chacune.

Le FUT est un acte chirurgical qui vous emmènera sur le bloc opératoire. Il s’agit pour le chirurgien de prélever des cheveux dans la région dite de couronne hippocratique, qui couvre les côtés et l’arrière du crâne, et qui n’est pas soumise à une alopécie androgénétique (chute des cheveux naturelle chez l’homme). Le chirurgien prélève les cheveux sous forme d’une bandelette de cuir chevelu de taille variable qui sera ensuite découpée et divisée en greffons. Ces greffons seront ensuite implantés dans la région de la calvitie par incision. La zone de prélèvement est alors suturée, laissant une cicatrice qui sera recouverte par le reste des cheveux.

L’avantage de cette méthode réside dans sa rapidité mais les inconvénients sont nombreux : le prélèvement laisse une cicatrice qui peut être importante et il est très difficile de répéter l’opération quand nécessaire. Enfin, il ne faut pas négliger le fait d’être obligé de passer par le bloc opératoire qui peut mettre mal à l’aise de nombreuses personnes.

 

La micro-greffe de cheveux, le FUE

Le FUE est au contraire un principe de micro-greffe. Comme nous l’apprend le docteur Jean-Pierre Gobin1, qui pratique la micro-greffe de cheveux à Lyon, il s’agit d’une méthode simple et durable qui n’impose pas de passer par le bloc opératoire.

Étapes du FUE selon le cabinet Jean-Pierre Gobin

L’extraction se fait sous anesthésie locale et implique de prélever un à un les cheveux à l’aide d’un « punch », instrument qui permet le forage du cheveu dans son intégralité sans laisser de cicatrice. Le prélèvement se fait, comme pour le FUT, dans la couronne hippocratique. Une fois prélevés, les greffons sont stockés de manière temporaire dans une solution de conservation dans l’attente de la réimplantation.

La réimplantation nécessite pour le chirurgien de réaliser des fentes (incisions minuscules) dans la zone receveuse avant d’implanter les greffons dans chaque fente. C’est un travail de précision qui peut prendre jusqu’à 7 heures pour les cas les plus importants.

Une fois cette étape passée, le patient peut reprendre une vie normale, en prenant soin, naturellement, de son cuir chevelu pour laisser la greffe prendre sans complications. Il faut tout de même savoir que les cheveux greffés vont tomber mais que, depuis le bulbe implanté, ils vont repousser de manière naturelle d’ici 6 à 12 mois. C’est donc un travail de longue haleine mais les fruits de ce travail valent largement le coup et ne laissent pas de disgracieuses cicatrices.

 

1. Pour plus d’informations, voir site du docteur Gobin : http://www.cabinetjeanpierregobin.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.