L’épilepsie : tout ce qu’il faut savoir

L’épilepsie

Après la migraine, l’épilepsie se trouve au deuxième rang des maladies neurologiques les plus fréquentes et touche environ 600.000 personnes en France. Elles se révèlent souvent sous forme de crise avec convulsions, mais également sous d’autres manières comme les troubles de mémoire. Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’épilepsie. 

L’épilepsie en chiffres 

Outre la Saint-Valentin, la journée internationale de l’épilepsie est aussi célébrée le 14 février. Dans le monde, 50 millions de personnes sont concernées par l’épilepsie. Environ 600.000 personnes en France sont touchées par cette deuxième maladie neurologique la plus fréquente. 50 % des épileptiques sont âgés de moins de 20 ans. Leur cerveau en construction révèle des pics d’incidence à partir de 5 à 6 ans et à l’adolescence. Par ailleurs, le vieillissement du cerveau et les cicatrices telles que les tumeurs ou les séquelles de traumatismes entraînent l’épilepsie chez les personnes âgées.

Les symptômes à connaître

L’épilepsie est souvent associée aux chutes et aux convulsions. Toutefois, cette maladie neurologique provoque un bref arrêt de la respiration ou une rigidité musculaire ainsi qu’une apparition de salive au bord des lèvres. Elle se montre également sous forme de troubles de mémoire, de l’humeur ou de l’apprentissage. L’épilepsie, cette maladie imprévisible, présente aussi des facteurs déclencheurs comme le manque de sommeil et le stress. Dans la liste, l’oubli du traitement ainsi que la prise de toxiques et d’alcool causent également les crises d’épilepsie. 

Les bons gestes à suivre 

Pour soutenir les personnes souffrant d’épilepsie, il est conseillé d’avoir les bons réflexes. Une crise d’épilepsie ne peut être, en effet, arrêtée. Voici quelques gestes à savoir qui aideront considérablement le patient. Afin qu’il soit en sécurité, vous le placez en position latérale dans un espace dégagé et mettez un vêtement replié sous sa tête. Il ne faut ni gêner ses mouvements ni donner à boire au patient ou des médicaments. Vous éviterez également de transporter la personne durant la crise, sauf si elle se trouve dans un lieu à risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.